27 février 2017

Le Guide du voyageur galactique, tome 6 : Encore une chose... de Eoin Colfer

Couverture livre - critique littéraire

Récit

« Les Vogons m'ont créé afin que je puisse, par cajolerie, vous ramener sur Terre avant que les Grébulons ne la détruisent... Dans cinq minutes virtuelles, cette salle disparaîtra et vous vous retrouverez sur Terre, face aux rayons tueurs de planètes des Grébulons. »
Voilà ce qu'annonce le Guide du voyageur galactique, version II, à Arthur Dent, Ford Prefect, Aléa Dent et sa mère Trillian qui, chacun de leur côté, viennent de passer cent ans dans une réalité virtuelle.
Mais pas de panique, ne faisons pas un plat de cette catastrophe planétaire : il s'en produit constamment.


Impression

Suite d'une trilogie en 5 volumes (oui ça commence à faire), Encore une chose... est le sixième et dernier opus de la saga du Guide du voyageur galactique, sorte de guide du routard pour ceux qui désirent visiter l'univers sans le sou.
Ce dernier tome n'a par contre pas été écrit par Douglas Adams mais par Eoin Colfer. En effet, Douglas Adams est mort avant qu'il n'ait le temps d'écrire ce 6ème opus, bien qu'il semble que sa volonté était bien de l'écrire vu qu'il n'était pas satisfait de la façon dont son 5ème tome, Globalement inoffensive, terminait la série.
Comme toujours, quand il s'agit d'une série reprise par un autre, on peut craindre que la reprise ne soit pas à la hauteur.

Pour ceux qui ne connaitrait pas, cette saga est avant tout une ode à l'humour britannique et à l'absurde qui a su s'imposer au moins chez les geeks, en étant notamment la série pourvoyeuse de la réponse à la grande question de la vie, l'univers et le reste - et le donc le sens ultime de la vie.
N'étant pas sadique, je vous fournis la réponse qui est 42.
Il semble toutefois que la question précise ne soit pas connue, ce qui vous fait une belle jambe, je n'en doute pas.

Comme vient de vous le démontrer cette petite digression, cette saga est complètement barrée, et, quand on aime, c'est vraiment truculent à lire.

C'est donc à ce genre de monument que c'est attaqué monsieur Colfer.
Et malheureusement, je n'ai vraiment pas été convaincu, au point de laisser tomber la lecture, après avoir approché la moité du livre.

Concrètement, je n'y retrouve pas l'humour qui avait su tant me plaire. Ou bien, lorsqu'il est là, je trouve qu'il a un goût de resucée qui n'est pas pour me plaire.
Si c'est pour relire le même humour légèrement transposé, je préfère lire l'original tant qu'à faire.
Et du coup, bien que m'étant forcé en me disant que c'était juste le début, que ça allait changer... bah en fait non.

Quelques éléments nouveaux apparaissent, certes, mais pas assez pour me donner envie.
L'humour en lui même, lorsqu'il est novateur, n'est pas foncièrement mauvais, mais on n'est pas sur le calibre de Douglas Adams. Et là, on m'a vendu une suite, pas un livre "dans l'univers de" (si tel était le cas,  je me serai abstenu de le lire sauf à avoir une critique dithyrambique, tant reprendre la suite d'un tel monument est complexe).

De même je trouve la première partie de cette histoire clairement pas assez alambiquée pour correspondre à l'univers du Guide. Ça ne part pas dans tous les sens. On ne retrouve pas d'éléments totalement loufoque ayant une vraie incidence sur le récit...
Ou alors ça arrive, mais dans la seconde moitié du livre que je n'ai pas lu.

Bref, je n'ai clairement pas trouvé ce que j'aurai aimé y trouver. Peut-être suis-je très dur du fait de mon degré d'attente, mais je pense que cette dernière est légitime quand on me vend la suite d'une série.

Note

Un 03/20 pour ce livre.
Ce sixième est de très loin, à mon sens, pas au niveau des 5 premiers tomes.
Si vous êtes fan et que vous vous attendez à trouver de nouvelles tranches d'humour absurde, un univers qui part dans tous les sens pour retomber, tel le chat, sur ses pattes après une chute pan-dimensionnelle, et bien je ne peux que vous conseiller d'aller voir ailleurs si Douglas Adams n'y est pas.
Un livre très, trop, sur-vendu par rapport à ce qu'il est en réalité et cherchant à s'attaquer à un tel monstre de l'univers Geek... ça ne peut que mériter une très basse note.

Mais je pense que sur ce genre de livre, tout est très relatif et fonction des attentes avant lecture.

20 février 2017

L'empire brisé, tome 1 : Le prince écorché de Mark Lawrence

couverture livre - critique littéraire

Récit

À treize ans il est le chef d'une bande de hors-la-loi sanguinaires. Il a décidé qu'à quinze ans, il serait roi. L'heure est venue pour le prince Jorg Ancrath de regagner le château qu'il avait quitté sans un regard en arrière, et de s'emparer de ce qui lui revient de droit. Depuis le jour où il fut contraint d'assister au massacre de sa mère et de son frère, il avance porté par sa fureur. Il n'a plus rien à perdre. 
Mais, de retour à la cour de son père, c'est la traîtrise qui l'accueille. La traîtrise et la magie noire. Or le jeune Jorg ne craint ni les vivants ni les morts. Animé d'une volonté farouche, il va affronter des ennemis dont il n'imagine même pas les pouvoirs. Car tous ceux qui ont pris l'épée doivent périr par l'épée.

Impression

Classé Dark-Fantasy, ce livre nous raconte les aventures de l'Honoré Jorg Ancrath, prince, voleur, tueur, violeur... ah pas sûr pour ce dernier, mais on peut s'imaginer que si.
Bref, notre héros est un tantinet fêlé du bocal côté relations humaines, et c'est pas ses Frères (d'armes) qui y trouveraient quelque chose à redire, d'autant qu'il est leur chef et règne d'une poigne de fer sur cette troupe de pilleurs.
Histoire d'un héros particulièrement "gâté" par le passé donc, mais aussi, totalement et complètement amoral. Pour faire simple, ses amis sont sacrifiables (et sacrifiés) comme des pions par ce stratège en herbe.

Pourquoi en herbe ? Et bien, c'est là que le bas blesse : le prince n'a en effet que 13 ans au moment de l'histoire, sachant que ce qui l'a fait chavirer n'a commencé que 3 ans plutôt.
Autant je peux me dire que le côté sadique et brutal, même à son âge, ça pourrait passer dans un monde fait de violence, autant le côté philosophe et stratège d'exception, c'est compliqué à gober.

Et il faut bien voir que le prince est quasiment le seul personnage réellement développé, hormis 2-3 autres, dans l'histoire et que l'ensemble du récit se fait à la première personne... Celle de Jorg.
D'un autre côte, ce "léger" handicap empathique donne lieu à de superbes séquences d'humour noir ou décalées, qui donnent beaucoup de charme à cette histoire... Mais faut dire que j'adore les traits d'humour noirs et/ou corrosifs. À voir pour ce qui vous concerne.

Côté plume, l'auteur n'y vas pas par quatre chemins : directe, précise... et sanglante. Âme sensible s'abstenir. Si discuter avec un homme qui tient encore ses tripes chaudes dans les mains sur un air de discussion autour d'un thé ne vous agrée pas, fuyez.

Bien que classé en Fantasy, l'univers semble être en fait les restes de notre monde après une apocalypse nucléaire... Mais bien après et avec la présence de magie sous différentes formes.
Du coup, pas mal de références à notre monde, ce qui peut paraître étrange aux premiers abords.
Dans tous les cas, ça a pas mal de potentiel pour mêler magie, univers typé médiéval et haute technologie.

Côté histoire, je n'ai pas été totalement transporté. L'histoire est sympa sans plus, l'univers à priori intéressant. 
Le problème vient plus du fait que le prince Jorg est, hormis son aspect psychopathe, un peu trop parfait.
Ses plans se déroulent toujours bien, il voit venir les choses avant les autres, il est chanceux comme c'est pas permis et surtout, il a toujours raison.
Avec tout ça, à aucun moment je ne l'ai senti en danger. Du coup on regarde passer cette histoire avec détachement. C'est sympa à regarder, mais on est pas en train de vivre l'aventure avec le personnage. Un peu comme un épisode de McGiver, on se demande pas s'il va réussir ou non... et du coup, on n'est clairement pas suspendu au livre.

Note

Un 14/20 pour ce livre.
L'univers et l'histoire ont du potentiel et j'avoue qu'il est agréable de voir comment le prince Jorg va réussir à déjouer les différents obstacles qui vont se placer sur son chemin.
Cela dit, aucun doute non plus que les obstacles il les passera... et ça se trouve sans trop d'égratignures (enfin pour lui, pour les autres... mais bon on s'en fiche des autres).
 Il est vrai aussi que de suivre ce personnage atypique dans le genre héros est sympathique et que l'humour qui se dégage des répliques de Jorg a son charme qui me plait.

L'ensemble me donne envie de connaître la suite, principalement du potentiel qu'il peut y avoir. Mais peut être que je m'arrêterai rapidement par la suite, selon comment cela évolue.

15 février 2017

Un petit souffle de renouveau sur le blog

Ancienne version du site
Un petit vent de nouveauté a soufflé sur ce blog, puisque, comme vous pouvez le voir, le graphisme a quelques peu changé. Fini la police alambiquée (sauf pour le titre du blog).

Un peu de modernisme avec des onglets cliquables pour les catégories d'œuvres et des recherches par auteurs / séries.

Nouvelle version du site
Ajoutons à cela la fourniture de chroniques liées à celle consultée en fonction de son appartenance à une saga, de son auteur ou à un sous-genre pour les livres les mieux notés (pour plus de détails, vous pouvez consulter ma démarche
sur le sujet), afin de pouvoir vous orientez vers d'autres chroniques en lien...

Et voilà le travail.
D'ailleurs, si vous avez des idées d'amélioration ou de choses non encore présentes, n'hésitez pas. Je ne sais pas quand, mais si l'idée me plait, je mettrai mes mains dans le cambouis informatique du code du blog pour en tirer le meilleur :-).

Sur ce, je vous laisse, j'ai une chronique à rédiger il parait.

27 janvier 2017

Le crépuscule du cristal - Iluvendan, T02 de Nicolas Debandt et Marc-Antoine Fardin

26 janvier 2017

L'étoile du matin de David Gemmell

Couverture livre - critique littéraire - L'étoile du matin

Récit

Comment un sinistre voleur, bandit, escroc peut-il devenir un héros, une légende, juste à cause d'une parole ? 
Une parole qui devient action, une action qui devient légende et un sombre bandit qui devient un héro "à l'insu de son plein gré". 

Venez découvrir la véritable histoire de l'étoile du matin, et comparez la légende aux faits, et comment un destin peut être créé d'un simple mot.

Impression

Lu dans le cadre de la
lecture commune organisée par Cassie 56, vous me trouverez ici à découvrir mon premier Gemmell. Enfin c'est faux, c'est mon premier de monsieur en fait.
Cette lecture commune ayant pour avantage de me faire découvrir cet auteur avec un livre seul, sans entrer dans une série à rallonge (ce qui est toujours un tantinet gênant quand on ne connait pas l'auteur).